23
oct
« La mode des cocktails avant les repas a été lancée par un cuisinier qui avait brûlé le rôti ». Chester Anthony

Allez, une dernière pour la route.

L’outil de fin de réunion, et le cas échéant de fin de livre : le ROTI.

Du calme les végétariens ! Le ROTI c’est « Return On Time Invested » et il se mesure sur les doigts de la main. Si vous avez joué au kifomètre au milieu de ce livre, vous ne devriez pas être dépassé par le concept.

Je mets 1 au ROTI si j’ai totalement perdu mon temps et j’aurais vraiment préféré être ailleurs (ou lire du Marc Levy).

Je mets 5 si cette réunion ou cette lecture a dépassé toutes mes espérances.

3 c’est le bon rapport qualité/prix. 2 et 4 sont les notes intermédiaires.

Et cela se joue à l’ancienne, avec les doigts. L’animateur compte jusqu’à trois (totalement arbitraire mais tellement commun) et toutes les personnes présentes à la réunion lèvent le nombre de doigts correspondant à son propre ROTI, en même temps.

On observe mais on ne commente pas. On peut par contre discuter dans le couloir avec la personne qui a mis 1 ou 2, histoire de lever certains doutes.

C’est ça le ROTI : collecter un maximum de feedback en un minimum d’efforts pour s’améliorer ensemble.

Avez-vous bien investi votre temps dans cet ouvrage ?

C’est à vous maintenant : un, deux, trois !

7 commentaires à “Le ROTI est servi !”

J’ai mis 4

Le 23 novembre 2010

Certaines personnes ont tendances a mettre toujours les memes notes :
3 quand elles ne veulent pas s’emgager
4/5 quand elles ne veulent pas remonter de problemes

Comment faire pour dépasser ces « blocages » ?

Bla
Le 24 novembre 2010

Le ROTI est une « mesure » a posteriori d’un atelier/session/réunion, il me semble que ce dont tu parles (mesure d’un « engagement ») se réfère a une mesure a priori et plus proche du vote de confiance. Si c’est le cas et au-delà de la complexité d’une telle mesure il est peut-être utile de ne pas faire la réunion et de comprendre avec chacun d’entre eux les phénomènes de blocages et de sortir des impressions de l’animateur.

mac
Le 25 novembre 2010

Le problème du ROTI est qu’il est demandé de manière spontanée et qu’il suscite à mon sens des effets de groupe habituels comme le « conformisme » ou le « faire plaisir » à l’animateur, de plus l’effet note peut créer de vieux réflexes scolaires.

Ce qui peut être essayé, c’est de demander un temps à chacun, 1 min ou 2 min de réfléchir à la qualité de la réunion.

Encore mieux, si un tour de table a été fait en début de réunion en demandant à chacun des participants: « quels sont ses objectifs par rapport à la réunion ? » alors il est possible de faire quelque chose du genre: « Par rapport à vos objectifs de la réunion, sur une échelle de 1 à 5, où en êtes vous maintenant ? »
Il peut toutefois rester une frustration des participants car ils n’ont pas pu exprimer ce qu’ils mettaient derrière cette échelle.

J’utilise aussi: « Quel mot reflète le mieux la réunion pour vous ? », toujours avec un temps individuel.

Jean-François
Le 25 novembre 2010

[...] a su adopter pour faire sienne des outils méthodologiques (les core protocols de Jim McCarthy, le ROTI, les méthodes agiles [...]

[...] spéciale à ce sujet sur les méthodes ROTI, Intention Check, Vis Ma Vie ou, la Boîte à Meuh ou comment intégrer une culture saine et [...]

J’ai ete très interressé, quelques fois étonné, en phase avec les propos la plupart du temps. Amusé aussi et parfois hilare. Bravo aux auteurs.

Reynald
Le 16 mars 2014